le logo du journal
le groupe en visite

L'association Grain de Sel
en visite à la maison du Fier

Vendredi 20 Octobre, vingt adhérents de l'association se sont retrouvés à la maison du Fier. Hervé Roques, guide ornithologue de la LPO, accompagna le groupe à la rencontre des tadornes, aigrettes, goélands et autres mouettes rieuses. La flore n'est pas en reste avec une dégustation improvisée de moutarde sauvage, feuilles d'atriplex, cristes marines et obione. Muni de jumelles, chacun pouvait observer le vol d'un rapace ou la horde impressionnante de barges qui avait élu domicile dans un ancien marais. Les participants ont apprécié la visite et rendez-vous est pris pour une nouvelle excursion au printemps 2018. Le journal de l'association « le Grain d'Sel » nous conte cette expérience et partage ce que vous avez retenu de cette balade poétique…
Gérée par la LPO sur l’île de Ré, la Réserve naturelle nationale de Lilleau des Niges accueille chaque année des milliers d’oiseaux migrateurs ou sédentaires… et à deux pas de la Réserve, vous pouvez visiter la Maison du Fier ! Tout au long de l’année, les animateurs de la LPO vous proposent de participer à des sorties de découverte et à des activités pédagogiques sur des thèmes variés et pour tous les publics.
Contact : 05 46 29 50 74. Mail: lilleau.niges@espaces-naturels.fr Adresse : LPO/Maison du Fier, Route du vieux-port, 17880 Les Portes-en-Ré

VOS COMMENTAIRES SUR CETTE BELLE SORTIE…

  • Pourquoi les Goélands ont-ils un point rouge près du bec ?
    C'est un point de régurgitation que les petits sollicitent pour obtenir de la nourriture. Sonia .

  • Lors de la migration à la fin de sa période de reproduction, l’hirondelle rustique repart en Afrique et peut parcourir jusqu’à 10 000 kms. Sur une centaine, dix à vingt d’entre-elles reviendront sur le lieu de nidification. William

  • Pas de Tanguy chez les cygnes. Après avoir férocement protégé et attentivement éduqué leur petit, lorsque le jeune atteint l’âge de raison, ses parents le jettent hors du nid pour qu’il puisse vivre sa vie ! Que certains en prennent de la graine ! Emgé

  • On ne meurt pas de faim dans les marais. Nous goûtons l’obione, l’atriplex et la criste marine. Impressionnant : une horde de barges regroupées dans un ancien marais. Les spatules nous snobent et décident de rester dans la réserve, interdite aux visiteurs et à l’abri de nos regards… Tant pis. Lina

  • Est-ce pour une rencontre entre amis ? Est-ce un rendez-vous amoureux ? Ou n’est-ce qu’une simple incartade nocturne ? Toujours est-il que le bagage avec GPS de goélands argentés a montré qu’un individu, pas louche du tout, est capable de parcourir Lilleau-des-Niges – Orléans (ou Angers) et retour, uniquement pour passer la nuit. Ce type de déplacement erratique reste un mystère pour les ornithologues. Didier

  • Lors de cette balade, nous avons vu quelques-uns de ces vols rapides d'oiseaux volant en « nuage », sans un cri, de loin, lorsque la mer montait : des barges. Arrivés au point d'observation, Hervé a pointé la longue-vue sur la vasière où le nuage s'était posé et a annoncé sobrement : barges, pluviers, bécasseaux variables. Les oiseaux étaient au repos, peu identifiables pour un œil non exercé, seule les différencie la taille, ils ont la même couleur ! Y a t-il des nuages de barges, d'autres de pluviers ? Il faudra que je pose la question lors de la prochaine sortie. Marie-Hélène

  • Un grand merci à notre guide Hervé Roques qui nous a fait découvrir cette merveilleuse nature qui nous entoure. Céline

  • Avec ses longues racines, le tamaris permet de résister au vent, de maintenir la cohésion des sols aux abords des digues naturelles et servait de bois de chauffage dans le temps. L’atriplex quant à lui joue également le rôle de brise-vent mais ses racines enchevêtrées permettent la prolifération des lapins en leur apportant un habitat bien protégé. Emgé

  • Le martinet noir vit presque tout le temps en vol : il mange, il boit, il dort, il s’accouple dans le ciel. Le seul moment où il se pose, c’est pour couver (sous les tuiles ou dans les trous des rochers). Posé à terre, il ne peut reprendre son vol seul. William