le logo du journal
picto astuces

4 ASTUCES utiles au quotidien

1) Faire le plein d’énergie : À chaque coup de mou, mettez du persil haché dans vos jus de légumes (froid ou chaud) et le tour est joué ! Riche en nutriments il redonne un p’tit coup de boost ! 2) Extraire une écharde facilement : Dès que vous coupez une bûche, vous y avez droit ! Pour l’enlever rapidement, désinfectez le doigt et trempez-le 10 minutes dans de l’eau tiède savonneuse. Un petit coup de pince à épiler et c’est terminé ! 3) Contre le surmenage : Besoin d’une pause ? Le soir, après le repas, ajoutez 4 gouttes d’huile essentielle de carotte dans un bol d’eau chaude et inhalez pendant 15 minutes. Autre alternative, un bon verre de jus de carotte. Zen ! 4) Désinfecter les écorchures : Votre enfant s’est fait mal et vous n’avez plus de désinfectant ? Pas de problème, imbibez un coton de vinaigre blanc et tamponnez sur le p’tit bobo. Terminez en mettant un pansement. HC
Vous avez testé une des astuces d'Héloïse ? Venez nous raconter : associationlegraindesel@gmail.com

dessin chien qui mord la roue d'un vélo

Attention au chien…

Les grandes vacances, enfin ! Les amateurs de la « petite reine » ont hâte de venir faire de grandes balades à vélo sur nos pistes cyclables. Ils pratiquent en solo, en famille, entre amis et parfois… avec le chien. Et là commence pour l’animal un périple digne du parcours du combattant. La laisse attachée au guidon, il va falloir enfiler les kilomètres, en plein soleil, au rythme soutenu du maitre tout heureux d’étrenner sa nouvelle monture à six vitesses. Certains chiens, peu habitués à ce genre d’exercice, doivent se transformer illico en marathonien du bitume. Quand, en plus, le maitre, étourdi, oublie la gamelle d’eau ou l’arrêt pipi, la balade tourne vite au cauchemar pour la bête ! Tous les chiens n’ont pas la même résistance et l’effort accompli est plus important pour un chien de petite taille que pour un grand chien. Alors, en vacances, pensez aussi au confort de votre animal et adaptez votre coup de pédale à ses capacités. L.B

photo crevette

C’est le bouquet !

Depuis 30 ans maintenant (déjà !), rien ne pourrait me faire renoncer à consacrer quelques nuits d’été à cette activité si particulière : la pêche aux bouquets. Ces crevettes translucides à l’apparence fragile et au goût si délicat. Difficile de planifier à l’avance car si le coefficient et l’heure de la marée sont des notions incontournables, il faut aussi tenir compte de la météo et surtout du vent. Partir à 22 heures et marcher sur les pierres et le varech, les balances sous le bras et la lampe frontale vissée sous le bonnet, pour me retrouver seule à l’aplomb d’une banche. Repérer le bon endroit, jeter mes balances à l’eau et attendre que les crevettes viennent se faire piéger, attirées par l’appât. Relever la corde d’un coup sec lorsque je juge le moment utile et entendre le bruit si particulier des crevettes qui s’agitent au fond de la balance... Comment exprimer cette émotion ressentie face à une mer calme et sans lune, éclairée seulement par la lumière artificielle des villes au loin, de l’autre côté du Pertuis… Ce moment rare où la solitude devient une vertu qui vous enveloppe et vous berce doucement comme une ivresse passagère. L.B

dessin chevalier en armure devant un chateau

La cité interdite

Au cœur du village du Gillieux, entre la rue de la Mardelle et le Chemin des Roches Marines, vit un peuple reclus : « les Mardellois », du nom du lotissement qu’ils occupent. L’accès y est difficile avec une chaine d’un côté, et de l’autre un sens interdit et une « voie privée ». Rien n’indique le nom du lieu afin, peut-être, de préserver l’intimité et la tranquillité des habitants ? Si vous demandez à un Villageois où se trouve la Mardelle, peu de gens savent situer l’endroit car la plupart n’ont jamais osé s’y aventurer. C’est ainsi que peu à peu le lotissement est devenu « la cité interdite ». Mais alors, qui sont ces gens qui vivent retranchés derrière ces murs ? Comment peut-on communiquer avec eux ? Sont-ils hostiles ou bienveillants à notre égard ? Du fait de leur position géographique retranchée, ne risquent-ils pas de réclamer un jour leur indépendance comme ceux du Duché de Sablanceaux à Rivedoux ? Autant de questions de mauvaise foi qui demandent des réponses appropriées et nous comptons sur vous, amis lecteurs « les Mardellois », pour dissiper notre angoisse somme toute bien légitime… Matesi

picto localisation

Histoire de nom

Rendez-vous plage du Château d’eau ? Oui, je devine l’endroit, mais pour moi c’est Bas Rhin. Bas Rhin qui est la limite entre les communes d’Ars et de St-Clément. Bas Rhin… quel drôle de nom ! Qui ne date pas d’hier pourtant puisque ce lieu est dénommé ainsi dans le cadastre napoléonien, en 1828 donc. Mais les rétais d’autrefois n’allaient jamais « à la plage », c’était réservé aux « baigneurs », ils allaient à « la côte » au pas de Beauregard ou de la Marielle (oui, je sais c’est sur la commune d’Ars, mais c’est à titre d’exemple et ça ne change rien à mon propos) et donc au pas de Bas Rhin. Les « pas » ce sont les accès à la côte, autrefois de simples passages dans la dune, où les charrettes allant charger le « sart » avaient du mal à progresser. Petit à petit ils ont tous été empierrés, maçonnés quand ils sont près d’une digue, ou bétonnés. Tous ? Mais non ! Pas Bas Rhin ! Dont l’accès se fait encore à travers la dune ! Est-ce à cause de son statut de limite entre les deux communes ? M.H